L'aventure continue

Pokhara, the place to chill

Après un bon trek, quoi de mieux que de prendre des vacances dans un endroit paradisiaque ? Bons petits restau’, les pieds presque dans l’eau du lac Phewa, musiques à foison selon le genre souhaité.

Lake Lovers Cafe pour manger pas cher du tout, mais il ne faut pas être pressé, ici c’est à l’heure népalaise ! Mystic Garden pour un petit déj français ou une crêpe – préparés par Cédric, originaire des Landes. Petites cabanes entre les arbres avec hamac privatif pour dormir ou farnienter au Freedom Cafe – les chambres ne sont pas chères mais les consos un peu plus.

Et un petit tour dans les hauteurs pour admirer le coucher du soleil et une belle araignée !!

Une journée à la ferme

Aux dires de mon grand-père, je pense que je peux désormais vraiment appréhender la vie de mes ancêtres agriculteurs !
Traite des buffalos à 7h puis cueillette des épinards pour les descendre dans la vallée au restaurant de leur fils. Et récupérer les éventuels touristes 😉
Je commence ma journée par une visite de la propriété : petite maison, cuisine à l’extérieur, pas de commodités.

La cuisine

Quelques bouts de terrains pour la culture des épinards, des haricots, des courges, des radis noirs, en hiver. Des plants de café népalais, de papaye, de tomates locales, de Scooche, de canne à sucre, de bananes.

Puis j’assiste à la préparation DU plat népalais par référence : le Dal Bhat. Cuisson des épinards d’un côté, du riz d’un autre et des tomates et du piment d’un autre encore. Et pour écraser ce dernier mélange : une pierre sur une pierre !

Nous allons ensuite désherber, à la main bien sûr, pas de produits chimiques ici, une des parcelles.
Nous revenons vers la maison pour déjeuner, et comme il se doit, avec les mains – merci ma solution hydro-alcoolique !

La tradition du Dal Bhat est aussi celle de pouvoir se resservir – gratuitement dans les restaurants – ce qui fait que beaucoup de népalais mangent pour trois !! Je comprends mieux pourquoi les sacs de riz sont aussi énormes, 10 voire 20kgs.

L’après-midi est consacré à la coupe de bambous secs, pour le feu qui chauffera les céréales pour les buffalos, et à la taille de branches de bambous et d’arbres pour…nourrir les buffalos qui ne sortent jamais de leur abris. La coupe s’effectue grâce à une faux aiguisée sur une pierre devant la maison.

Nous ramenons notre récolte à la ferme, dans un panier tressé avec des bambous ou après les avoir fagotés avec une sorte de liane.

Pour ramasser les excréments c’est…à la main, et parfois directement au derrière de l’animal… Mais ça fait du bon compost !
À 17h15, la traite des buffalos commence, à la main. Trois litres pour la mère et un litre et demi pour l’autre. Personnellement, j’adore le goût !

Petit tour au stûpa

Vue sur Pokhara

Situé sur la rive opposée, je souhaite louer une barque pour m’y rendre. Mais le prix est assez excessif. Alors je traîne sur le bord, j’hésite. Je me décide à embarquer et trois touristes pointent leur nez. Je les interpelle afin de faire barque commune. Nous ne pouvons pas être quatre par bateau, nous nous décidons pour prendre deux barques et je me retrouve avec Danièle. Une française…infirmière !

Nous ramons sur le lac Phewa, nous sommes bien, nous faisons connaissance. Ensuite c’est parti pour 30 à 45 minutes d’ascension.

Et c’est l’éblouissement. Le Worl Peace Stûpa est si blanc, si imposant, si apaisant !

Et cette musique qui nous accueille, en amont. Un Monk – moine- psalmodie en jouant de son tambour. Les fenêtres en vibrent et nous sommes transportées…

(cce qui ne semble pas déranger ce chien, à droite de la photo)

Aux abords du stûpa, le silence est de mise, et un garde est là pour le rappeler aux touristes. Nous ôtons nos chaussures, comme il se doit, pour nous promener au pied du stûpa. Je suis émerveillée. « Naturellement » je commence par visiter le pallier supérieur – nous ne pouvons visiter que l’extérieur – et je fais le tour par la gauche. Danièle me renseigne un peu sur les rites bouddhistes et m’informe que nous sommes sensées faire 77 fois le tour, dans le sens des aiguilles d’une montre.
Se trouve une statue à chaque point cardinal, offertent par le Japon, la Thaïlande et le Sri Lanka ou réalisée au Népal.

Posture de la méditation selon Bouddha. Un fidèle touche les dorures.

Nous redescendons, un peu différentes, récupérer notre barque et profiter des derniers rayons de soleil depuis l’autre rive.

Publié par Gwendoline

La vie s'écoule Telle une rivière Tantôt paisible Ou chahutée Faite de remous Nous éclabousse Impitoyable Semée d'obstacles Ou bien d'épreuves A vivre en jeux Pour s'éprouver Se découvrir Et puis en rire De joie de vivre De découvertes Et de rencontres A demi-mots Ou sincèrement A vivre à fond Au plus profond De tout notre être Et simplement ... vivre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :